Source : « LE TEMPS »

Facebook Messenger permet aujourd’hui d’envoyer facilement de l’argent à ses amis aux Etats-Unis. Il complète les applications d’Apple Pay et Android Pay. En Suisse, seuls Twint et Paymit sont déjà disponibles

Les services de paiement par smartphone se multiplient avec l’arrivée sur ce marché de Facebook Messenger. Cette application vient dans un premier temps compléter Apple Pay, Android Pay et Samsung Pay, déjà disponibles aux Etats-Unis.

En Suisse, seuls Paymit et Twint fonctionnent déjà. Les deux applications pourraient fusionner en juin.

TwintPaymit et Facebook Messenger fonctionnent tant avec les iPhones que les smarphones qui utilisent Android.

Apple Pay peut être utilisé avec les iPhones 6 et les modèles plus récents ou avec un iPad Pro, iPad Air 2 ou iPad mini 3.

Android Pay peut être installé sur les appareils qui utilisent le système Android 4.4 ou un plus récent et qui sont équipés d’une puce NFC (Near Field Communication, communication en champ proche).

Samsung Pay fonctionne avec les Galaxy S7, Galaxy S7 Edge, Galaxy Note 5, Galaxy S6 Edge Plus et les modèles ultérieurs.

Aux Etats-Unis, Apple, Google et Samsung se concurrencent

Aucune des trois sociétés ne révèle le nombre de transactions. Des millions de caisses sont compatibles avec les smartphones

Aux Etats-Unis, où depuis septembre 2015 Google et Samsung ont rejoint Apple sur le marché encore transitionnel du paiement mobile. Officiellement le discours des trois géants est le même: la croissance est bonne et l’adoption d’Apple Pay, Android Pay et Samsung Pay se démocratise au rythme attendu. Le problème est que personne ne révèle ses chiffres officiels.

Il faut donc se baser sur des études pour savoir si la technologie est vraiment adoptée aux Etats-Unis. En octobre 2015, un rapport publié par la société Placeable estimait que 9% des consommateurs américains utilisaient le paiement mobile quand il était disponible. Selon la société de recherche eMarketer, 9,6% des utilisateurs de smartphones – soit 23,2 millions de consommateurs – ont réalisé une transaction par paiement mobile en 2015.

Millions de magasins

«Quand vous sondez les consommateurs, la majorité n’est pas intéressée, car elle pense que les systèmes de paiement dont elle dispose aujourd’hui suffisent et fonctionnent bien», commentait en janvier dernier Penny Gillepsie, directrice de recherche chez le cabinet de conseil et de recherche Gartner.

Mais après l’officialisation de nouveaux partenariats et d’initiatives en début d’année par Google et Apple, et après l’annonce par Android Pay et Apple Pay de l’extension de leur service dans respectivement plus de 1 et 1,5 millions de magasins outre-Atlantique (Apple Pay débarquant chez Starbucks, Android Pay chez McDonalds et Uber), 2016 est annoncée comme une année charnière.

L’importance du NFC

«En 2015 nous avons posé les fondations qui permettront un changement des habitudes de paiement en magasin, affirmait récemment Pali Bhat, directeur chez Android Pay. Surtout que notre approche est différente car elle se concentre sur la plateforme comme expérience utilisateur au-delà de la seule transaction. Pour la première fois nous nous reposons sur un partenariat global avec tous les acteurs de l’écosystème – dont les banques et les commerçants. Le futur est radieux et 2016 en sera la première étape».

Les projections d’eMarketer lui donnent raison. Elles prédisent 37,5 millions de payeurs par smartphones en 2018 et 69,8 en 2019, aux Etats-Unis seulement. Rien que cette année la valeur totale des transactions par paiement mobile devrait plus que tripler pour atteindre les 27 milliards de francs et même passer la barre des 200 milliards en 2019. Si «ce montant reste une goutte d’eau dans l’océan comparé au volume des transactions par carte de crédit», relativise l’analyste d’eMarketer Bryan Yeager, la croissance est significative d’une pénétration historique. Une explication: l’adoption par les grandes enseignes en 2016 de terminaux équipés de la technologie de communication en champ proche, plus connue sous son appellation anglaise de NFC.

Programme de fidélité

Sans elle, impossible d’utiliser Android Pay et Apple Pay. Samsung Pay est lui compatible avec la transmission magnétique sécurisée, utilisée quasiment partout et surtout dans les petits commerces. Samsung Pay dispose d’un autre atout, celui d’être disponible sur beaucoup de modèles de téléphones. Alors que seuls l’iPhone 6S et 6S Plus sont compatibles avec Apple Pay. Google teste de son côté depuis janvier un programme de fidélité, Tap 10, qui récompense l’utilisateur.

Source : « LE TEMPS »